Menu principal

Vous etes ici:

Barre d'outils

Contenu Principal

  • Numérique
  • Prospectives
  • 2013

Quand le mobilier urbain devient intelligent

Après nos entreprises et nos habitations, ce sont nos villes que les nouvelles technologies investissent. En devenant intelligent, le mobilier urbain prend un air futuriste et veut nous faciliter la vie.

Quand le mobilier urbain devient intelligent

De l’arrêt de bus au panneau de signalisation en passant par le banc ou la boîte-aux-lettres, le mobilier urbain compose le décor quotidien des populations citadines. Participant d’une volonté d’harmonisation de l’espace public, il répond aux besoins des usagers, besoins qui aujourd’hui ont évolué. Le mobilier urbain tente de s’y adapter en utilisant les nouvelles technologies. Il devient ainsi « intelligent » (voir encadré ci-contre). Alors que la ville n’a jamais été aussi communicante, connectée et numérique, la nouvelle génération de mobilier urbain permet à la fois de capter, traiter et transmettre de l’information. Il se propose de mettre en relation les usagers de la ville entre eux mais aussi avec les services publics ou avec la ville elle-même. Vous ne rêvez pas, l’ère du lampadaire parlant est en marche…

La ville : laboratoire à ciel ouvert

Ecrans tactiles, systèmes sans contact, wifi, matériaux évolutifs… ces technologies inspirent les villes et répondent à leur volonté d’innover. Cette nécessité est liée à l’apparition de nouvelles attentes du citadin qui veut plus de communication et un meilleur accès à l’information. Pour les villes, l’innovation est aussi un atout de taille qui augmente leur rayonnement et peut concrétiser leur engagement environnemental. Consciente de l’importance de s’ouvrir aux nouvelles technologies, la ville de Paris dévoilait, en juin 2011, les 40 idées retenues dans le cadre de son appel à projets « mobilier urbain intelligent » (Cf. Diaporama 40 projets de mobilier urbain intelligent à Paris en colonne de droite). Pendant plusieurs mois, la capitale ouvre ses espaces publics à des installations innovantes. Les Parisiens sont invités à utiliser ses objets et à émettre leur avis sur le site de la ville. Certaines de ces initiatives misent sur l’aspect environnemental, comme le box à vélo équipé d’un service de covoiturage interactif. D’autres privilégient un usage multifonctions comme l’abribus situé Place de la Bastille. Equipé d’écrans tactiles qui donnent accès à de nombreuses informations (transports, histoire de Paris, offres d’emploi de quartier…), il offre aussi des prises électriques pour  recharger son téléphone mobile et un défibrillateur en cas d’urgence.

L’exemple de la boîte aux lettres communicante

Certains projets axent leur stratégie d’innovation sur la communication et l’interactivité à l’instar de la boîte aux lettres intelligente « Mobulles ». Cette expérimentation, conçue par La Poste et la société Connecthings s’est implantée dans le 4e  arrondissement de Paris et verra bientôt le jour à Bordeaux et Strasbourg. Grâce aux technologies NFC et QR Codes, le citadin présente son smartphone face à un repère placé sur la boîte-aux-lettres. Il accède aussitôt à une application web qui lui permet de s’orienter sur un plan, de visualiser les services alentours (boîtes, bureaux de poste, stations Velib…), de rechercher un code postal, d’accéder aux applications de La Poste et de consulter ou publier une petite annonce.

Et demain ?

Même si elles sont techniquement réalisables, toutes ces innovations urbaines sont-elles souhaitables ? Pour les élus et les collectivités, le coût économique et l’impact écologique de tels projets méritent d’être mesurés de près. Une autre question, relative au respect de la vie privée se pose. En effet, que faire des données collectées par le mobilier communicant ? Pour Jean-Louis Missika, adjoint au maire de Paris chargé de l'innovation, de la recherche et des universités, « il faut être capable de maitriser cette mutation et de définir des règles. Il faut réglementer les nouveaux supports et c’est un travail compliqué, car ces supports vont être partout : des écrans sur des bus, des écrans sur les vitrines des magasins, etc. »*(Pour en avoir plus, lisez le témoignage de Jean-Louis Missika en colonne de droite).

* Source : TIC 2025, Les grandes mutations, sous la direction de Yannick Lejeune, éditions fyp, 2010)

Crédits photo : photo en haut de page : La Poste ; photo en home : JC Decaux

Numérique

De nouveaux outils de proximité ?

De nouveaux outils de proximité ?

  • Prospectives
  • 06/09/2013

Numérique

Quand la ville se fait communicante

Quand la ville se fait communicante

  • Prospectives
  • 27/09/2013

Numérique

Une ville intelligente associant tous ses acteurs

Une ville intelligente associant tous ses acteurs

  • Prospectives
  • 27/09/2013
Tous les articles

Vos contacts en région

Les délégués régionaux sont vos interlocuteurs privilégiés en région. Pour les relayer, les délégués aux relations territoriales coordonnent l'action du Groupe dans le département.

Trouver un contact

Retour haut de page

Pied de page