Menu principal

Vous etes ici:

Barre d'outils

Contenu Principal

  • RSE
  • Prospectives
  • Printemps 2017

Loos-en-Gohelle, « une mine » d'intelligence collective

Rencontre avec Jean-François Caron, maire de Loos-en-Gohelle, « une mine » d'intelligence collective dans le Pas-de-Calais.

Le développement durable, certains en parlent, d'autres agissent pour créer les conditions de sa réussite. C'est le cas à Loos-en-Gohelle où habitants, acteurs et responsables locaux travaillent ensemble à la construction d'un avenir plus respectueux de l'environnement et désirable pour tous.
Pas à pas depuis plus de quinze ans, cette ville marquée par l'arrêt du charbon et ses répercussions sociale et environnementale, reconquiert ses friches industrielles, réhabilite ses anciennes cités minières, développe une politique énergétique durable, accueille des pépinières d'entreprises innovantes... L'Ademe1 a d'ailleurs identifié Loos-en-Gohelle comme « démonstrateur de la conduite du changement vers une ville durable », avec pour ambition de comprendre et évaluer l'efficacité puis la reproductibilité de cette reconversion.
Enfant du pays et chef d'orchestre de cette politique locale, le maire de la commune nous en dit plus.

À Loos-en-Gohelle, le développement durable est en construction depuis plus de quinze ans. Quelle était l'idée de départ ?

À la fermeture des mines de charbon, nous avons voulu réinventer collectivement notre ville sans pour autant renier notre passé. Un projet a été mis en place en coopération avec les Loossois, sous-tendu par une recomposition urbaine : analyse environnementale d'urbanisme, ceinture verte et éco-mobilité, aménagement des terrils, réhabilitation des cités minières... Depuis le début, notre stratégie s'inscrit dans une trajectoire historique mobilisatrice pour les habitants, et se construit sur un socle de valeurs communes, qui est notre code source.

Vous évoquez souvent ce « code source ». De quoi s'agit-il précisément ?

Ce sont les quatre piliers sur lesquels reposent toutes nos actions. Le premier a trait à l'implication des habitants et des acteurs locaux. Il ne s'agit pas simplement de demander leur avis aux gens sur tel ou tel projet, mais bien de construire ensemble. C'est ce que Pierre Rosanvallon appelle la démocratie d'exercice, les habitants sont contributifs, c'est extrêmement important.
Le deuxième pilier, concerne l'approche transversale et systémique de nos projets. Nous les construisons en déterminant préalablement l'impact économique, environnemental et social de chaque décision. Cette façon de faire impose la mise en place de mécanismes de coopération spécifiques, notamment entre élus.
Le troisième pilier, c'est ce que j'appelle « manager par l'étoile et les cailloux blancs ». Pour guider l'action, il faut un rêve, une vision commune. Et le chemin vers l'étoile doit être balisé par une multitude de petits cailloux blancs. Notre église, par exemple, est la seule en France à être équipée de panneaux photovoltaïques. Ils produisent l'équivalent en consommation de douze ménages, ce qui n'est pas grand-chose, mais c'est un petit caillou blanc vers l'idée que si toutes les toitures étaient recouvertes de panneaux solaires, Loos-en-Gohelle serait plus autonome en énergie.
Enfin, le quatrième pilier, c'est favoriser l'innovation. Une innovation est une désobéissance qui a réussi, j'aime beaucoup cette formule. Il faut donc créer les conditions de la désobéissance à la pensée unique. C'est-à-dire faire confiance, accepter les erreurs, etc., afin d'inventer ensemble un nouveau modèle de société.

Pouvez-vous nous donner quelques exemples de réalisations ?

Au niveau du bâtiment, par exemple, tous les nouveaux équipements publics sont HQE2, les résidences du parc locatif social en BEPOS3, et l'ensemble des projets intègre une production d'eau chaude solaire, des toitures végétalisées, des systèmes de récupération d'eau de pluie.... En temps normal, la commune ne consomme plus une goutte d'eau potable pour l'arrosage et le nettoyage de ses rues, espaces verts et salles municipales. Au plan économique, la ville accueille sur un ancien site minier plusieurs structures emblématiques de ce changement de modèle : le centre permanent d'initiatives pour l'environnement (CPIE Chaîne des terils) destiné notamment à aider aux opérations de requalification, la scène Culture Commune pour favoriser la création et l'intermédiation culturelle, le centre de création et de développement des éco-entreprises (CD2E), qui accompagne la mise en œuvre des nouveaux modèles économiques comme l'économie circulaire dans les entreprises et les territoires de la région Hauts-de-France. Nous avons construit 15 kilomètres de trame verte (itinéraire cycliste et piéton), planté des arbres fruitiers en libre-service pour les loosois, les espaces verts sont en zéro phyto4 et en gestion différenciée... Et la meilleure preuve que Loos-en-Gohelle a su créer une vraie dynamique avec les habitants est le nombre d'associations sur le territoire qui a plus que doublé en 10 ans.

Par quels moyens évaluez-vous cette politique ?

En premier lieu, par les réalisations concrètes que je viens de citer. Nos actions ont été également évaluées par L'Ademe qui a identifié Loos-en-Gohelle comme étant un démonstrateur de la conduite du changement vers une ville durable. Elle souhaite maintenant tirer de l'expérience loossoise les enseignements susceptibles d'enrichir la mise en œuvre des politiques de transition énergétique et écologique. Pour la ville, cette évaluation appuyée par près d'une centaine d'entretiens (habitants, collectivités, associations, agriculteurs, chercheurs...) a apporté la confirmation que nous allions dans le bon sens et que notre stratégie était mobilisatrice.

Et demain ?

La région Hauts-de-France attend de nous que l'on devienne démonstrateur régional de la troisième révolution industrielle, celle de la transition énergétique et des technologies numériques. Changer notre façon de vivre, de produire, de consommer, de nous déplacer... C'est une étoile qui brille dans le ciel loossois et un vaste projet qui permettra à terme à la région d'accomplir sa mutation économique et écologique.

1 Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie
2 Haute qualité environnementale
3 Bâtiments à énergie positive
4 Entretenus sans pesticides

Pour en savoir plus

Découvrez les initiatives du Groupe La Poste en matière de développement durable :
http://collectivites.laposte.fr/Le-Groupe-et-les-collectivites/Les-editions-Posteo/Les-Essentiels

RSE

La logistique inversée : jeter moins pour vivre mieux

La logistique inversée : jeter moins pour vivre mieux

  • Prospectives
  • 27/09/2013

RSE

La RSE, un engagement au coeur de la stratégie du Groupe La Poste

  • Prospectives
  • 12/05/2014

RSE

Jean-françois Macaire

Les collectivités et les entreprises, moteurs de la transition énergétique

  • Prospectives
  • 15/07/2014
Tous les articles

Vos contacts en région

Les délégués régionaux sont vos interlocuteurs privilégiés en région. Pour les relayer, les délégués aux relations territoriales coordonnent l'action du Groupe dans le département.

Trouver un contact

Retour haut de page

Pied de page